Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

Dans la rubrique Les Héros de l’Horeca, nous mettons en avant les clients Lightspeed qui ont réussi à se faire un nom dans le monde de la restauration et qui souhaitent partager leur histoire, les clés de leur succès avec d’autres entrepreneurs. Comment ont-ils commencé et quel a été le chemin parcouru par ces restaurateurs ? Comment gèrent-ils leurs affaires ? Et comment Lightspeed les aide-t-il à gérer leur entreprise avec succès ?

Chez Takumi, vous dégustez des gyozas et des donburis comme si vous étiez à Tokyo.
C’est en 2015 que les frères Arnaud et Alexis Mestdag décident d’ouvrir le premier restaurant à concept qui met en vedette le Donburi combiné aux emblématiques gyozas. Trois ans plus tard et deux restaurants Takumi supplémentaires, la mini-chaîne est connue par tous les Bruxellois et les frères semblent avoir encore bien d’autres projets en tête !

Arnaud Mestdag, cofondateur des restaurants Takumi, nous en dit en plus sur le succès et le développement de Takumi.

Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

D’où vient le concept de Takumi ?

C’est après un voyage à Tokyo où nous avons découvert un bar à gyozas que l’idée nous est venue. Il fallait absolument ouvrir un concept du même genre en Belgique. Mais il nous fallait quelque chose de plus que seulement les gyozas pour que les gens ne s’en lassent pas rapidement. Donc on s’est demandé ce qu’on pouvait ajouter à la carte pour atteindre plus de personnes. Lors du dernier jour de notre voyage, nous avons goûté les donburis.
Dès notre retour, Alexis a travaillé les recettes parfaites pendant près d’un an, nous avons décidé de combiner les deux : le donburi et le gyoza.

Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

Vous avez ouvert un deuxième et ensuite un troisième restaurants, comment expliquez-vous le succès de Takumi ?

Tout le monde connaissait déjà les sushis, les ramens commençaient aussi à devenir populaires, mais le gyoza et le donburi, nous étions les pionniers. Le premier restaurant à Flagey a fait un tabac, nous avons même été mentionnés dans le New York Times et le Boston Globe ! En 2017, nous avons ouvert le second restaurant sur la Place Jourdan et le petit dernier rue des Flandre en 2018.

Qu’est-ce qui vous différencie de la concurrence ?

Après 3 ans, on a réussi à fidéliser une vraie clientèle. Notre carte est moins « mainstream », plus généreuse et plus saine que celle qu’on peut voir dans les autres restaurants à concept comme le burger ou la pizza. Notre carte n’est pas très grande, mais justement nos clients reviennent et savent exactement ce qu’ils veulent. Un peu comme l’effet « Big Mac», si tu vas au MacDo, tu sais ce que tu vas prendre. Chez Takumi aussi.
Il y a trois ans, nous avions encore toute la place pour nous développer, nous étions parmi les premiers restaurants à concept. Aujourd’hui, la concurrence est un peu plus rude.

Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

Avez-vous choisi vos emplacements stratégiquement ?

Bruxelles est une ville extrêmement cosmopolite. En tant que vrais Bruxellois, nous avons choisi nos emplacements stratégiquement. Nous avons remarqué que la clientèle est vraiment fidèle à Takumi et ultra différente. Le restaurant près de la place Flagey est particulièrement apprécié par les jeunes actifs et une clientèle très féminine. Le restaurant de la place Jourdan accueille un public plus international vu sa proximité avec les institutions européennes. Le ticket moyen est aussi plus élevé. Nous remarquons par exemple que les clients de la rue des Flandre sont souvent néerlandophones et très fans des suggestions végétariennes. Ceux de la place Jourdan apprécient particulièrement l’offre spéciale du déjeuner.
Nous avons donc un menu en trois langues et nous essayons de faire en sorte que le personnel soit au moins bilingue, voire trilingue.

De quelle façon Lightspeed vous aide au quotidien et quels sont les outils que vous utilisez le plus ?

Lightspeed, ça me permet de voir mes chiffres en direct, je regarde mes rapports tous les jours. Ça permet également d’avoir une meilleure gestion de ma caisse et c’est un outil pratique au niveau du personnel. Nos employés peuvent pointer directement dans le système de caisse. Et grâce à cet outil de pointage, on peut bénéficier d’une réduction des charges sociales (Réduction des cotisations ONSS pour 5 travailleurs fixes à temps plein : réduction de 500 € par trimestre pour les travailleurs et de 800 € pour les travailleurs de – 26 ans).

On pense de plus en plus à passer au paiement sans espèces. Aujourd’hui, ça devient encombrant, c’est plus ennuyant qu’autre chose d’avoir du cash. Le fait que tout soit enregistré sur la Blackbox pourrait faciliter se processus qui semble aussi plus sécuritaire et éviterait toute tentation.

Quel est l’un des grands avantages Lightspeed ?

Pour moi, ce n’est pas tant une fonctionnalité particulière, mais ce qu’on apprécie particulièrement chez Lightspeed, c’est le côté humain. Le service client et l’équipe d’installation sont toujours là pour nous aider. Nous nous sommes rendus plusieurs fois dans les bureaux Lightspeed et à chaque fois l’accueil et l’assistance que l’on reçoit sont au top.

Les Héros de l’Horeca : Zoom sur Takumi

Quels sont vos futurs projets ?

On arrive à un moment où se demande de quelle façon nous allons développer Takumi. En Belgique ? À l’étranger ? On aimerait peut-être se développer à l’étranger, peut-être avec un partenaire. Pourquoi pas Paris vu sa proximité ?

Grâce au succès de Takumi, nous avons pu ouvrir un autre concept à Bruxelles, La Meute, dont la spécialité est la viande. Nous y servons le meilleur boeuf irlandais et c’est un restaurant qui plaît beaucoup notamment grâce à sa formule très avantageuse.

Vous lancez votre restaurant ?

Testez lightspeed Restaurant gratuitement pendant 14 jours !