5 mauvaises habitudes que les détaillants devraient perdre

5 mauvaises habitudes que les détaillants devraient perdre

Voyons les choses en face : nous avons tous nos petites mauvaises habitudes. Qu’il s’agisse de manquer les séances de fitness ou d’arriver toujours en retard aux réunions, personne n’est parfait et ce n’est pas si grave. Ce qui peut être par contre plus grave pour les détaillants, c’est de laisser vos mauvaises habitudes compromettre la santé de votre entreprise.

La plupart du temps, les mauvaises habitudes susceptibles d’être préjudiciables à la croissance de votre entreprise peuvent être facilement évitées et corrigées. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes associés avec Nicole Leinbach Reyhle, fondatrice de RetailMinded.com, pour souligner cinq mauvaises habitudes courantes chez les détaillants et expliquer comment les corriger.

Mauvaise habitude #1 : ne pas savoir qui sont vos clients

Vous pensez connaître vos clients ? Détrompez-vous. Entre la « génération Z », la « génération Y », les « baby boomers » et tous les autres clients répartis entre ces générations, de nombreuses nuances démographiques, psychographiques et comportementales peuvent influencer ce qu’achètent vos clients et les circuits qu’ils utilisent.

Comment mieux comprendre vos clients ?

Plutôt que de faire confiance à votre instinct, étudiez les profils de vos clients et l’historique de leurs achats, afin de comprendre plus clairement qui ils sont, ce qu’ils achètent et comment ils l’achètent. Savoir qui sont réellement vos clients vous permet de leur proposer des offres personnalisées par e-mail. Un client à qui l’on propose une promotion pour un produit ou un service directement lié à ses achats précédents sera davantage enclin à l’acheter.

Mieux connaître sa clientèle porte ses fruits. Une étude menée par Bain & Company, société de conseils pour cadres de direction, révèle que le développement de la fidélité des clients par des offres personnalisées peut augmenter vos bénéfices jusqu’à 25 %. Pour vous aider à atteindre cette croissance, vous pouvez utiliser l’historique des achats de vos clients, associé aux outils de marketing d’un programme de fidélité.

loyalty

Mauvaise habitude #2 : ne pas accepter différentes possibilités de paiement

Pour montrer à vos clients que vous tenez vraiment compte d’eux, permettez-leur de régler leurs achats comme ils le souhaitent… et non comme vous le souhaitez. Proposez plusieurs modes de paiement, que ce soit en tapant un code, en passant une carte ou en l’insérant.

Les traitements des paiements sont souvent frustrants pour de nombreux commerçants et c’est parfaitement compréhensible. Les services tiers de traitements de paiements appliquent généralement des tarifs fluctuants, imposent de longs délais de dépôt et prévoient des accords souvent difficilement compréhensibles. Ces barrières compliquent d’emblée la tâche pour les commerçants qui souhaiteraient proposer différentes possibilités de paiement.

Comment proposer davantage de possibilités de paiement aux clients ?

Vous recherchez des systèmes de traitement de paiements rapides, sûrs et financièrement abordables, convenant à vos clients comme à vous-même. De plus en plus de fournisseurs de solutions de système de caisse proposent des systèmes de traitement de paiements intégrés et conformes aux normes de sécurité PCI, à des tarifs transparents. Cela vous permet d’éviter des accords de traitements de paiements complexes avec des tiers et de centraliser les opérations de votre entreprise auprès d’une seule société.

Ceci vous offre l’avantage supplémentaire d’une visibilité complète, dans votre système de caisse, de l’endroit où se trouve votre argent, depuis l’achèvement d’une transaction jusqu’au moment du versement sur votre compte bancaire. Bien entendu, les clients bénéficient également de la facilité supplémentaire qui leur est ainsi offerte de payer comme ils l’entendent.

5 mauvaises habitudes que les détaillants devraient perdre

Mauvaise habitude #3 : ne pas tirer l’essence des données collectées

L’une des erreurs les plus courantes constatées chez les détaillants est d’éviter de traiter les données parce qu’elles sont intimidantes, difficiles à comprendre et qu’il n’est pas facile d’en extraire des informations utiles. L’utilisation des données à votre avantage, qu’elles proviennent de vos clients, des ventes, du marketing, du stock ou des employés, peut considérablement améliorer vos processus de décision à court et long terme et favoriser le développement de vos activités.

Comment commencer à utiliser les données à votre avantage ?

Les données sont partout et si vous ne savez pas quoi chercher, vous pouvez vous sentir un peu perdu. Améliorer vos compétences en la matière peut vous permettre de résoudre ce problème courant. Que vous utilisiez Google Analytics pour suivre les conversions depuis votre site web et vos campagnes de marketing ou que vous exploitiez les fonctionnalités de création de rapports de votre système de caisse, vous devez être proactif.

Vous pouvez suivre les programmes de certification gratuits de Google Analytics ou des webinaires de formation pour découvrir comment utiliser au mieux les capacités de génération de rapports offertes par votre système de caisse. Une fois que vous aurez compris comment utiliser les outils qui sont à votre disposition, vous serez capable d’augmenter le retour sur investissement (ROI) de vos stocks, de définir des objectifs de ventes réalistes pour chaque semaine et chaque mois de l’année et de suivre les fruits de vos efforts de marketing en ligne. Cet apprentissage peut demander du temps et de l’énergie, mais il fera de vous un professionnel plus complet et vous permettra de contrôler plus efficacement le développement de votre activité.

5 mauvaises habitudes que les détaillants devraient perdre

Mauvaise habitude #4 : ne pas convertir les visiteurs en acheteurs

Qui ne souhaite pas convertir les visiteurs de son magasin en ligne en acheteurs ?

Statista révèle qu’environ 74 % des paniers d’achats de magasins en ligne sont abandonnés. S’il est sans doute difficile de réduire votre taux d’abandon des paniers e-commerce, certaines optimisations de votre site web peuvent tout de même vous y aider.

Comment optimiser votre site web pour réduire l’abandon des paniers d’achats en ligne ?

Avant toute chose, veillez à ce que votre magasin en ligne offre une commodité de navigation suffisante. Si vous commencez, vous pouvez facilement lancer un site web convivial en utilisant des modèles de thèmes personnalisables. Si vous souhaitez apporter des modifications qui ne sont pas soutenues dans le thème choisi, vous pouvez apprendre à coder en HTML ou CSS. Vous pourrez alors modifier plus de choses dans le be backend de votre site web.

Vous vous dites sans doute qu’apprendre à coder, cela doit prendre du temps. Si cette maîtrise demande en effet un peu de temps et quelques efforts, les compétences que vous allez acquérir vous permettront de contrôler l’aspect, le ressenti et le fonctionnement de votre site web, sans avoir à faire appel aux services coûteux de créateurs de sites web. Vous pouvez vous inscrire sur des plateformes proposant des formations gratuites telles que CodeAcademy, pour en apprendre les rudiments.

Autre possibilité pour convertir davantage de visiteurs en ligne en acheteurs : synchroniser vos stocks de magasin en ligne et physiques avec votre système de gestion de la relation client. Vous aurez ainsi l’assurance que les stocks que vos vendeurs voient sur leur système de caisse en magasin correspondent à ce que les clients voient sur votre site web. Les niveaux de vos stocks seront actualisés en temps réel après chaque achat, quel que soit le magasin où il a eu lieu.

Enfin, vous pouvez tenter de réduire le taux d’abandon des paniers de magasin en ligne en proposant à vos clients des promotions susceptibles de leur plaire. C’est Beau, un magasin Montréalais qui propose toutes sortes de produits, depuis des vêtements et des articles d’intérieur jusqu’à des appareils de cuisine, applique des règles prévoyant des remises en cas de montée en gamme, afin d’inciter ses clients en ligne à commander pour plus de 200 $ – s’ils acceptent, ils reçoivent un chèque-cadeau en supplément.

Cliquez ici pour découvrir comment mettre en place différentes règles de remises avec Lightspeed eCom.

5 mauvaises habitudes que les détaillants devraient perdre

Image : C’est Beau

Mauvaise habitude #5 : ne pas accepter la nécessité du changement

Vous aurez peut-être remarqué une chose, dans les quatre mauvaises habitudes qui précèdent : pour perdre une mauvaise habitude, vous devrez très certainement acquérir de nouvelles compétences de manière proactive – qu’il s’agisse d’apprendre à transformer en actions des informations issues de données ou d’apprendre à optimiser votre site web pour réduire votre taux d’abandon de paniers e-commerce.

Si vous avez un problème, une solution est disponible pour vous aider, mais vous devez d’abord prendre des initiatives et acquérir les compétences requises pour le régler. L’investissement en vous-même n’est jamais une perte de temps. Il y a à peine deux décennies, le commerce de détail était très différent. La technologie évolue et le comportement du client suit cette évolution : vos compétences doivent donc elles aussi suivre l’évolution.

La seule façon de réussir dans un environnement en évolution est de s’y adapter.

Tirez un enseignement de vos mauvaises habitudes et optimisez vos talents d’entrepreneur

Ce qui différentie les bons détaillants des excellents détaillants, c’est la capacité de ces derniers à s’adapter au changement et à découvrir des possibilités là où d’autres ne voient que l’adversité. Analysez vos mauvaises habitudes et trouvez des façons de les corriger, pour vous donner les moyens de réussir au fur et à mesure de l’évolution du secteur.

Vous n’êtes pas seul dans cette situation. Visitez le forum de la Communauté Lightspeed pour contacter d’autres responsables d’entreprises faisant face à des difficultés similaires et pour tirer des enseignements de vos expériences respectives. Si vous rencontrez un problème, dites-vous qu’il y a de grandes chances pour que quelqu’un d’autre l’ait déjà rencontré avant vous.

Retail : 11 conseils pour augmenter vos ventes

Retail : 11 conseils pour augmenter vos ventes